VUE D’ENSEMBLE DES PRÊTS PERSONNELS ET DES PRÊTS-AUTOMOBILE  



À un moment clé du cycle de vie financier, les prêts sont souvent nécessaires. Il est tout à fait sensé de contracter un prêt pour acheter une maison, poursuivre ses études ou augmenter ses cotisations à un REER. Ces emprunts consolident votre situation financière à long terme puisqu’ils sont soutenus par un actif croissant.

Prêts-automobile
Comparaison : location et option d’achat
Information sur la location
Autres renseignements sur les emprunts


Dépenser excessivement sur des choses qui n’entrent pas dans l’actif, comme du divertissement, des vacances, des résidences, des automobiles et d’autres biens exagérément dispendieux mène souvent les particuliers à leur Waterloo financier. Les répercussions se font sentir sur la cote de solvabilité, la sécurité familiale, le revenu de retraite et la santé.

Le principal problème des dépenses excessives doit être identifié et résolu. Voici quelques lignes directrices qui vous permettront de dégager des sommes à court et à long terme et de réduire vos dettes…

  • Préparez un budget familial afin de calculer vos liquidités (qu’elles soient positives ou négatives), vos dépenses et où va votre argent. En d’autres termes, dressez le portrait de votre situation actuelle et prenez le contrôle de vos finances.
  • Réduisez immédiatement vos dépenses de façon draconienne. Commencez par choisir les dépenses à couper. Au besoin, réduisez les coûts fixes en choisissant une voiture ou une maison moins chère.
  • Consolidez les dettes à intérêt élevé (comme une carte de crédit à 18 %) en les transformant en un prêt à intérêt moins élevé (à 8 %, par exemple). En garantissant le prêt (et en tenant pour acquis une cote de solvabilité positive), vous devriez obtenir le meilleur taux.
  • Acquittez un prêt par anticipation dès que vous le pouvez. Vous pouvez rembourser de 10 % à 20 % du capital annuel avant échéance ou augmenter vos versements réguliers jusqu’à 100 %. Ces paiements sont imputés directement au capital et aident à amortir considérablement la période de remboursement de votre emprunt et les frais d’intérêts.

Il n’est pas conseillé de racheter les régimes d’épargne enregistrés (un REER, par exemple) pour payer vos dettes. Les impôts sur le revenu absorberont de 30 % à 45 % du montant du retrait et vous perdrez aussi les intérêts composés de l’impôt différé jusqu’à la retraite.

Avant de faire une demande d’emprunt ou de location, une copie de votre historique de crédit. Ce document aura un impact sur la décision de vous octroyer un prêt et sur les taux d’intérêt. Vous pouvez communiquer avec Equifax Canada au 1 800 465-7166 ou au consumer.relations@equifax.com ou avec Trans-Union Canada au 1 800 663-9980 ou au marketing@tuc.ca. Le niveau de prêt accordé aux clients admissibles est souvent le taux préférentiel, en règle générale de 3 % supérieur au taux de financement à un jour pour les prêts que les banques se facturent pour satisfaire aux exigences en matière de réserve.

Les prêts-automobile sont les dettes les plus communes. Ces principes vous aideront à prendre une décision éclairée.
  • Calculez ce que vous pouvez vous permettre après l’échange de votre véhicule afin d’éviter un éventuel problème de liquidité.
  • Considérez l’achat d’un véhicule d’occasion comme un choix rentable. Il existe de bons produits en fin de location ou des véhicules d’essai encore sous garantie. Cherchez la valeur marchande du véhicule et trouvez son historique de réparation avant de procéder à l’achat. Notez que lorsque la garantie vient à échéance, les réparations d’un véhicule d’occasion peuvent être très coûteuses.
  • Obtenez préalablement une approbation de prêt qui renforce votre pouvoir de négociation avec le concessionnaire.
Comparaison : location et option d’achat

La location est généralement un meilleur choix si vous souhaitez changer de véhicule tous les deux ou trois ans. En plus, les mensualités sont beaucoup moins élevées. Remarquez que si vous achetez le véhicule à la fin de votre bail et que vous continuez à le conduire, les coûts permanents seront supérieurs que si vous aviez acheté le véhicule dès le départ. Voyez ci-dessous les avantages et les inconvénients de chacun des choix. Ensuite, utilisez notre calculatrice de location ou de prêt pour déterminer quelle option s’applique le mieux à votre budget.

 
Achat
Location
     
Avantages
  • Capitaux propres
  • Mensualités fixes
  • Kilométrage illimité
  • Garanties
  • Valeur de revente
  • Mensualités inférieures pour une location de deux ou trois     ans
  • Nouveau choix de véhicules tous les deux ou trois ans
  • Vous permet de conduire un véhicule que vous ne pourriez     pas acheter
  • Pas de négociation quant au prix de reprise
  • Option d’achat à la fin du bail
  • Inconvé-nients
  • Mensualités plus élevées qu’à la
        location pendant deux ou trois ans
  • Coûts de réparation à l’expirationde la     garantie
  • Négociation de la valeur d’échange
  • Résiliation du bail très coûteuse
  • Restriction par rapport au kilométrage (pénalités prévues)
  • Ne représente pas un capital (pas un avoir net)
  • Coûts d’assurance plus élevés si la valeur du véhicule loué     est supérieure
  • Plus coûteux si le véhicule est acheté à la fin du bail


  • Information sur la location

    Si vous signez un bail de deux ou trois ans, le prix est l’élément le plus important lorsque vient le temps de fixer vos mensualités. Les concessionnaires ajoutent leur marge au prix du fabricant pour en arriver au prix de détail suggéré. La différence entre les deux est votre marge de négociation, qui peut n’être que de 4 % ou aller jusqu’à 16 % ou plus. Les concessionnaires négocient toujours lorsqu’il s’agit d’une location. Assurez-vous donc de connaître le prix du fabricant qui vous servira de base pour négocier à la hausse, plutôt que de marchander à la baisse à partir du prix de détail suggéré par le fabricant. Les réductions supplémentaires, les primes de l’usine au concessionnaire, le crédit à la reprise ou le versement initial vous permettront de réduire le prix. À la fin du bail, vous pourrez prolonger la location, retourner le véhicule, l’acheter ou l’échanger contre un nouveau.

    Les contrats de location sont plus compliqués qu’une convention d’achat. Voici quelques lignes directrices :

    • Étudiez les options de financement. Faire affaire avec votre institution financière est souvent plus avantageux que de faire affaire avec la société de crédit du concessionnaire.
    • La durée du bail ne devrait pas excéder la garantie générale du véhicule. Les baux plus longs qui réduisent vos mensualités peuvent se solder par des pénalités de résiliation et des réparations dispendieuses.
    • Assurez-vous qu’il s’agit d’un crédit-bail simple (comparativement à la location-financement) et qu’il comporte une option d’achat. Si le véhicule vaut plus que la valeur résiduelle estimative à la fin du bail, vous pourrez l’acheter et continuer à l’utiliser et le revendre à profit.
    • Souscrivez une assurance relais qui vous permettra de payer la différence entre ce que vous devez sur votre bail et sa véritable valeur, si le véhicule est volé ou détruit.
    • N’oubliez pas les frais potentiels comme la résiliation de bail, de cession, de kilométrage supplémentaire, etc.
    • Choisissez des véhicules dont la valeur résiduelle à 24 ou 36 mois est toujours d’au moins 50 % du prix de détail suggéré par le fabricant d’origine (bien que la valeur actuelle peut être supérieure ou inférieure). La valeur résiduelle est la valeur de gros du véhicule à la fin du bail, après l’amortissement. Généralement, les modèles à valeur résiduelle élevée sont plus en demande et impliquent moins d’amortissement que les autres. Une valeur résiduelle plus élevée réduit aussi vos mensualités.
    • Ne signez rien avant d’avoir conclu une entente.
    Autres renseignements sur les emprunts

    Parmi les autres formes de financement, on trouve les prêts personnels, les marges de crédit personnelles, les marges de crédit hypothécaires, les prêts étudiants et les prêts à l’entreprise. (Pour obtenir des renseignements sur les prêts hypothécaires, cliquez ici.) Ce qui suit vous aidera à déterminer quel type de prêt répond le mieux à vos besoins.

    Les prêts personnels sont généralement des contrats de un à cinq ans qui peuvent servir à consolider une dette, à rénover une maison, à contribuer à un REER, etc. Vous pouvez choisir un taux d’intérêt fixe avec une mensualité fixe ou un taux variable, aussi avec des versements de capital et d’intérêts fixes qui varient selon le taux préférentiel. Les emprunts à taux d’intérêt variable sont à conseiller lorsque les taux d’intérêt sont à la baisse parce que vous rembourserez votre emprunt plus rapidement. Les emprunts personnels peuvent être remboursés au moment de votre choix, sans pénalité.

    Une marge de crédit personnelle est un montant de crédit non garanti pour répondre à divers besoins, pour l’entreprise, les contributions ou un report prospectif à un REER, des rénovations, etc., et qui peut s’élever à 50 000 $. Les taux d’intérêt sont généralement liés à un taux préférentiel et vous payez de l’intérêt uniquement sur le capital utilisé. Par exemple, si votre limite est de 50 00 $ et que vous prélevez 10 000 $, vous ne paierez de l’intérêt que sur ces 10 000 $. Les autres 40 000 $ sont encore disponibles. Cette marge de crédit est renouvelable, en ce sens que vous pouvez retirer des capitaux et les remettre de nouveau jusqu’à votre limite, et ce, sans pénalité (comme c’est le cas avec une carte de crédit).

    Tout solde non remboursé peut être acquitté en partie ou en totalité au moment de votre choix, sans pénalité. Cet argent est disponible par chèque, par retrait en ligne ou par retrait en espèces.

    Il est prudent de souscrire une assurance crédit qui couvrira le solde non remboursé. Vous ne paierez que pour les assurances dont vous avez besoin, selon le solde moyen quotidien de votre marge de crédit. S’il n’y a pas de solde, il n’y a pas de frais. Par exemple, si votre limite d’emprunt est de 100 000 $ et que vous en avez utilisé 40 000 $, vous payez l’assurance sur 40 000 $.

    Une marge de crédit hypothécaire est une marge renouvelable qui permet de retirer et de rembourser des fonds dans la limite d’emprunt qui vous a été accordée, et ce, sans pénalité (comme une carte de crédit). Ces marges de crédit offrent une limite supérieure et plus de sécurité qu’un prêt personnel, puisque le prêteur retient la valeur nette de votre résidence comme bien en garantie. Elles vous permettent d’obtenir jusqu’à 65 % de la valeur estimative de la maison, moins le solde de votre hypothèque. Par exemple, si votre avoir net est de 300 000 $, vous pourrez obtenir une marge allant jusqu’à 195 000 $.

    Les marges de crédit hypothécaires sont intéressantes pour les propriétaires de résidence ou les travailleurs indépendants qui ont besoin de fonds pour des projets de rénovation à long terme ou pour des dépenses d’entreprise régulières. Elles permettent d’obtenir le montant dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin, et les intérêts encourus ne touchent que le solde impayé. Les marges de crédit hypothécaires diffèrent des prêts réguliers sur la valeur nette d’une maison, qui ne vous fournissent qu’une somme forfaitaire et dont le paiement d’intérêts est immédiat et touche tout le montant.

    Les taux d’intérêt des marges de crédit hypothécaires sont variables et se fondent sur le taux préférentiel. Comme la marge est garantie, vos mensualités peuvent ne couvrir que les intérêts. Si les taux augmentent, vous pouvez convertir l’ensemble ou une partie de la marge de crédit en une hypothèque à taux fixe, lorsque vous le voulez. Si vous convertissez une partie de votre prêt en un prêt à taux fixe (et laissez le solde dans un prêt renouvelable), vous pouvez, généralement :

    i) faire un paiement annuel anticipé de 15 % du capital ou augmenter les mensualités jusqu’à 100 %
       pour la portion à taux fixe et

    ii) rembourser le solde renouvelable lorsque vous le voulez, sans pénalité.

    Si les taux chutent et que vous décidez de prépayer et de refinancer toute la portion à taux fixe, vous serez pénalisé et devrez verser un montant additionnel équivalent aux intérêts trimestriels les plus élevés ou un montant différentiel de taux d’intérêt.

    Lorsque vous optez pour une marge de crédit hypothécaire, assurez-vous de négocier pour i) qu’il n’y ait aucune exigence en ce qui a trait aux demandes, aux chèques, aux frais de gestion et de fermeture, ii) que vous puissiez la convertir en un prêt à taux fixe lorsque les taux d’intérêt sont bas et iii) qu’il n’y ait pas de restrictions en ce qui concerne le remboursement du capital.

    Par contre, les marges de crédit hypothécaires occasionnent des frais d’enregistrement de la propriété comme garantie et d’évaluation. De plus, dans une faillite personnelle, les dettes non garanties sont effacées, mais pas les versements hypothécaires (comme les emprunts sur marge de crédit hypothécaire).

    Il est prudent de souscrire une assurance crédit pour le solde de votre marge de crédit hypothécaire. Vous ne paierez que le montant pour couvrir le solde quotidien moyen de votre marge de crédit. S’il n’y a pas de solde, il n’y a pas de frais. Par exemple, si votre limite est de 200 000 $ et que vous avez retiré 90 000 $, vous paierez de l’assurance sur le montant de 90 000 $ seulement.

    Prêts étudiants: Votre principale stratégie d’épargne-études est de souscrire à un régime enregistré d’épargne-études (REEE) le plus tôt possible. Les contributions annuelles et la subvention maximale annuelle du gouvernement de 500 $ peuvent générer suffisamment d’économies exemptes d’impôt pour absorber la majorité, sinon tous les frais d’éducation postsecondaire. En plus, votre enfant pourrait obtenir son diplôme sans avoir contracté de dettes. Pour obtenir une projection des coûts d’éducations précis et pour obtenir des renseignements sur les REEE, visitez le Stratégies d’épargne-études.

    Les étudiants qui satisfont certains critères peuvent passer à la prochaine étape de financement et faire une demande pour toute subvention fédérale, provinciale et scolaire offerte. Si un prêt étudiant s’avère nécessaire, le paiement mensuel relatif aux intérêts ne s’applique que six mois après la fin des études. Le prêt doit alors être converti en prêt personnel à taux fixe ou variable et doit être réglé dans les sept années suivantes. En cas d’échec, les agences d’évaluation de crédit reprendront l’information de l’étudiant et sa cote de solvabilité en souffrira. Les prêts impayés peuvent être remboursés en tout temps, sans pénalité.

    Les institutions financières peuvent aussi offrir des marges de crédit renouvelables maximales de 8 000 $ par année pendant quatre ans aux étudiants à plein temps admissibles. Les étudiants paient de l’intérêt chaque mois, selon le montant utilisé. Semblable à une marge de crédit, tout retrait en espèces, jusqu’à concurrence de 8 000 $, peut être remboursé sans pénalité. Après la fin des études, les étudiants doivent payer des mensualités d’un minimum de 50 $ ou de 1 % du solde impayé.

     

     


    BUDGET FAMILIAL  |  HYPOTHÈQUE  |  PRÊTS PERSONNELS ET AUTOMOBILE  |  RETRAITE  |  PLACEMENT  |  ÉDUCATION  | 
    ASSURANCE  |  PLANIFICATION FISCALE  |  PLANIFICATION SUCCESSORALE  |  INDEMNITÉ  |  VALEUR NETTE  |  CALCULATEURS
    Comprendre la planification financière  |  Conditions et modalités  |  Confidentialité
    © Droits d’auteurs 2009 Allez Savoir / Go Figure